Mot du Président de la section n° 16

12 mars 2008 - 00:00

Dans notre dernier mot, nous posions la question qui à notre avis mérite d’être posée et devrait nous conduire à débattre en responsable. Le débat oblige à la réflexion et à l’échange. Ce débat doit être l’étape avant la prise de décisions de fond. Pour cela il doit avoir lieu en présence de toutes les parties. Mettre un comité de Pilotage est une bonne idée. Nos textes en vigueur sont remplis de bonnes idées et pourtant !.........

Revenons à la question posée, COMMENT EN EST ON ARRIVE LA ? Comme nous le disions plus haut, nos textes et ceux de la Fédération sont remplis des obligations de chaque partie. Nous savons tous qu’il y a une marge entre l’élaboration, l’adoption et l’application des textes. En la matière tout a été prévu, du recrutement, à la formation, de l’incitation à la sanction. Mais l’homme est au centre de toute organisation. Si les hommes qui sont en place n’ont pas le souci de faire respecter les textes en vigueur, ces textes n’ont en quelque part aucune raison d’être. Nos dirigeants de Ligue actuels, chaque fois qu’ils sont en place ne se souci pas de ce coté des choses. Nous l’avons vu pendant les quatre ans de leur précédente mandature. Cette fois encore après trois saisons à la tête du football guyanais rien n’a encore été fait pour une application stricte des règlements. Les saisons se terminent, elles recommencent sans que le Comité Directeur ne donne une suite officielle au constat que fait normalement la CRA. En effet chaque saison cette commission dresse la liste des clubs qui n’ont pas satisfaits aux obligations des textes en matière de recrutement et fourniture d’arbitres.

Le recrutement des arbitres, leur formation, comme beaucoup d’autres secteurs du football demande une politique dynamique, un suivi régulier, de la rigueur et une volonté de sanctionner même quand ces sanctions feront des mécontents. Nous devons dire que le courage a souvent manqué à cette équipe. Quand on prend la direction d’un groupe nous devons être convaincu que nous ne ferons pas l’unanimité, que quelque soit la décision que nous serons amenés à prendre, celle-ci fera un heureux mais aussi un malheureux. C’est là ou la justice de la décision permet des explications claires. Les textes sont la garantie de cette justice. Le fautif dans ce cas ne peut s’incliner devant les faits ou dans le cas contraire faire preuve manque d’honnêteté.

Le manque de rigueur dans l’application des textes, le manque de volonté de nos dirigeants, font que le recrutement n’a pas suivi la courbe qu’il devrait. La CRA en l’absence d’officiels qualifiés est forcée de promouvoir des officiels qui normalement ne devraient pas diriger au niveau où il exercent actuellement. Cette commission est contrainte d’accepter que des officiels dirigent sans avoir obtenu le feu vert de la Commission médicale. Si l’ont en croit les renseignements relevés sur les PV de la commission, très peu d’arbitres acceptent de passer les testes cooper qui sont pourtant obligatoires au même titre que le certificat médical. Dans ces conditions quelles garanties apportent les arbitres quant à la qualité de leurs prestations. Nous avons une au moins arbitré. Nous savons que celui qui veut le faire convenablement se doit d’avoir une condition physique quasiment du niveau de ceux qu’ils arbitrent car même si notre football est taxé de déclin, lors de certains matchs, le ballon circule rapidement. Nous pensons que si la FFF a mis ces obligations, ce n’est pas dans le seul but d’embêter les arbitres.

A suivre

Commentaires

MOT DU PRESIDENT

13 octobre 2016 01:11

MOT DU PRESIDENT
Nous sommes enfin entrés dans le vif du sujet. Comme nous le savons tous, l’un des faits majeurs de ce début de saison est l’élection en vue du renouvellement du Comité Directeur de notre Ligue de Football. Nous n’oublierons pas l’autre fait majeur,... Lire la suite

Aucun événement