Mot du Président de la section n° 17

23 mars 2008 - 00:00

Nous poursuivrons ici notre réflexion sur les remous créés par les incidents qui se sont produits dans notre football guyanais.
L’autre réponse à la question posée « pourquoi notre football est arrivé là ? », pourrait être la suivante. Comme nous le savons, l’apprentissage débute chez les plus jeunes. Depuis plusieurs saisons, malgré les désignations de la CRA, rarement les rencontres de jeunes ont été arbitrées par les officiels désignés. Que nous le voulions ou non, les jeunes que nous avons dans le football, sont de futurs hommes et de futurs citoyens. Quand ces jeunes pendant des saisons, jouent des rencontres officielles dans les conditions des rencontres de quartiers, sans cet encadrement que représente l’arbitre, il leur est difficile plus tard d’accepter la rigueur qu’ils vont trouver en senior. Ce changement de catégorie est déjà en lui-même traumatisant pour certains jeunes. Quand en plus, l’encadrement de l’arbitre a été inexistant pendant des saisons entières, nous ne devons pas nous étonner de certains débordements. L’arbitre est aux yeux de certains joueurs et cadres l’autorité non désirée et le bouc émissaire. Il fait pourtant partie de la rencontre, tout en ne la disputant pas. Sa présence est tout aussi importante que celle des adversaires. Il doit tout de même échapper à la passion qui accompagne souvent notre sport. Nos dirigeants et arbitres ont-ils été sensibilisés à ce rôle ? Rôle qui demande de la pédagogique mais aussi de la personnalité ? Nous pensons que si nos arbitres étaient convaincus de l’importance de leur rôle d’encadrement, ils accepteraient de diriger les rencontres de jeunes, pour aider à préparer les générations futures du football guyanais.
Quant à la succession de mouvements d’humeur des arbitres, nous devons en chercher les motifs. Seuls : le dialogue, la communication, les échanges avec les autres parties de la famille football, devraient permettre de lever les malentendus et sortir l’arbitrage de l’isolement dans lequel il se trouve. Pour ce faire les instances dirigeantes de notre Ligue devraient êtres à l’origine de cette vaste réflexion. Il faudrait que Le Comité Directeur parle d’une même voix. Il ne faudrait pas que certains de ses membres se permettent des attaques de mauvais alois sur le site inter net de leur club. Défendre les intérêts généraux du football guyanais, quoi de plus normal pour un membre de Comité Directeur. Mais quand dans le même temps, pour défendre son club l’un de ses membres attaque un de ses collègues, il y a de quoi dérouter plus d’un. Les instances dirigeantes de notre football devraient s’ingénier à rapprocher les positions et emmener les uns et les autres vers la table des discutions et rappeler la nécessité d’œuvrer tous pour le bien de notre football.
Pour le moment, les positions prises par les uns et les autres laissent à prévoir une certaine escalade qui devrait se terminer par une explosion. Nous avons entendu l’amicale des arbitres faire des propositions totalement règlementaires. Celles-ci auront pour seul effet, celui d’éloigner les clubs et le corps arbitral. Il semble toutefois qu’un vent de raison a soufflé sur l’amicale qui a revu à la baisse ses exigences. Alors que nous espérions tous un déblocage de la situation, selon les renseignements recueillis, l’attitude irresponsable des interlocuteurs qu’ils avaient en face d’eux, a occasionné le prolongement du mouvement. Une nouvelle réunion a eu lieu avec une nouvelle délégation du Comité Directeur. Cette fois c’est la base qui refuse de suivre la tête de l’amicale. Les deux parties se renvoient la balle sans se soucier de l’intérêt général et des clubs. Entre temps, les rencontres se déroulent dans les conditions des compétitions de jeunes depuis des raisons. Les clubs sont en droit de se poser certaines questions : Y a-t-il un pilote dans l’avion, à la tête de l’amicale, à celle de la Ligue ? Les responsables élus de ces structures ont-t-ils conscience du rôle qu’elles sont sensés avoir à la tête de celles-ci ?

A SUIVRE

Commentaires

PERMANENCES

2 septembre 2017 12:51

PERMANENCES
Des permanences seront tenues pendant les mois de septembre - octobre et si le besoin s'en fait sentir en novembre au siège.   A compter du 02/09/17 : le samedi de 08 h 00 à 09 h 30    tous les :mardis et mercredi de 17 h 00 à 19 h 00    Tous les... Lire la suite

Aucun événement