Mot du Président n°40

23 décembre 2008 - 00:00

En cette fin d’année, tout autour de nous monte l’envie de s’amuser de se réjouir, de fêter. Nous devons dire que pour ce qui concerne notre section, peu de choses nous incitent à la joie. En effet journée après journée, match après match, les déceptions s’accumulent. En effet les résultats ne sont pas au rendez-vous. Au lieu de nous lamenter sur notre sort, de nous fâcher, de ruminer notre déception, nous allons essayer d’analyser, et d’en trouver les causes.

Nous essayerons de répondre à quelques questions. D’où sommes nous parti ? Qu’avons-nous fait depuis que nous sommes en place ? Quelle était notre situation en début de cette saison ? Que devons nous espérer ? Combien de temps, devrons nous patienter avant d’espérer atteindre notre but ?

Le constat de départ était simple. Tout était à reprendre à la base. La Direction de la section était fantomatique. La politique de la section était inexistante. Aucun plan de formation de cadres technique n’avait été établi. Dans ces conditions comment trouver la relève formée et capable de permettre de pérenniser. Comment alors inspirer la confiance si nécessaire à tout.

En réponse à la seconde question qui porte sur le bilan, nous dirons que nous avons réussi avec des fortunes diverses. Un programme d’action a été établi. L‘encadrement technique a été renforcé. Deux cadres de l’intérieur ont été formés, Hervé jusqu’au BEES, Victor jusqu’à l’I 2. Richard de son coté a terminé son BEES. D’autres cadres sont venus renforcé le noyau qui se composait de ces trois et de Aude déjà titulaire du BEES. Hector et Christian, tous deux BEES en poche sont encore au club. Jean-Paul et Alain sont venus cette saison nous rejoindre. D’autres éducateurs attendent encore que la Ligue daigne organiser des formations, Lionel, Henri-Claude et Loïc. Au plan de la Direction de la section, nous avons eu beaucoup plus de difficultés à trouver des cadres disponibles et motivés pour relever le challenge. Pourtant nous avons mis en place un Comité Directeur normal, composé d’un Président, d’un secrétaire d’un trésorier et de membres. Pour le moment nous dirons que nous ne sommes plus que quatre, dont deux actifs, le Président et le Secrétaire. Le Directeur sportif et le trésorier sont eux encore la mais moins disponibles. Nous devons considérer que dans ce domaine nous avons à demi échoué.

En début de cette saison la section a du faire face à une situation très difficile. Il nous a fallu gérer des conflits de personnes, pourvoir au remplacement de quatre cadres. En effet, de façon intempestive ces cadres sont partis entraînant pour l’un un certain nombre de jeunes qui étaient dans nos rangs depuis une ou de deux saisons. Pour ce qui concerne notre équipe senior, nous reconnaîtrons avec humilité que nous avons complètement raté sa préparation mais, nous dirons toutefois que l’encadrement a dû faire avec l’absence de joueurs d’expérience blessés, dans un championnat où nous avons payé cash la naïveté et l’inexpérience de la jeunesse de notre effectif.

Chez nos jeunes de l’école de football, le travail se poursuit. Les parents continuent à nous faire confiance ce qui est toujours appréciable. En Benjamin, le passage de relais est difficile. Après la génération bénie de la saison dernière, il est difficile de retrouver la même cadence. La catégorie des moins de 13 ans nous a laissé sur notre faim. Les adversaires ont été prévenus pendant semble-t-il nous nous étions vu trop tôt en haut de l’affiche. Le groupe a paru peu compétitif malgré son bon potentiel. Les moins de quinze ans comme les moins de 18 ans, nous ont permis de mesurer le degré d’attraction que notre club a encore. Nous pouvons dire que nous sommes reparti de zéro comme il y a quatre saisons. Tout a changé, l’encadrement comme l’effectif. Dans ces conditions il est difficile d’espérer des résultats positifs et réguliers dans l’immédiat, à moins d’avoir une baguette magique.

Nous posions la question relative à ce que nous devions espérer. Nous pourrons dire seulement que la situation actuelle résulte du manque de continuité dans la formation au sein du club, avant notre arrivée. La quasi-totalité des joueurs dont nous disposons dans toutes les catégories des seniors aux moins de 15 ans, viennent de l’extérieur, n’ont pas été formé au club. Certains signent chez nous après des saisons entières d’inactivité. En senior, l’équipe est composée en majorité de jeunes âgés de 17 à 21 ans. Ils viennent de la section des moins de 18 ans. Mais celle-ci a été remise en activité il y a seulement deux saisons. Les joueurs qui évoluent donc en senior ont eu une formation tronquée. Ils passent d’abord par la case rattrapage avant que l’encadrement puisse les faire travailler comme il se doit à ce niveau. La chose se complique quand dans le même temps il faut construire le groupe dans lequel doit régner l’harmonie, tant dans le jeu que dans l’esprit. Nous pouvons sans risque de nous tromper dire que les éducateurs des moins de 15 ans et des moins de 18 ans rencontrent exactement les mêmes difficultés.

La qualité première que nous devons tous avoir ne peut être que la « PATIENCE ». C’est en mesurant l’étendue de la tâche, la somme d’énergie qu’il faut, que nous serons convaincu de l’importance de notre action. Nous serons d’autant mieux armé pour faire preuve de cette patience si nécessaire. Il faut rapidement passer sur la déception légitime des défaites et surtout tenter d’entretenir la flamme entre cadres mais aussi, la communiquer aux jeunes que nous préparons. En effet, nous devons reconnaître que, lors de chaque séance d’entraînement à laquelle nous assistons, nous somme réconforté par le nombre de jeunes présents quelque soit la catégorie. Nous devons toutefois rester vigilants, ne pas laisser le désenchantement ou la lassitude s’installer dans nos rangs.

Combien de temps devrons nous attendre avant de voir le bout du tunnel ? Nous devons dire que nul ne saurait répondre aujourd’hui à cette question. La seule certitude que nous devons avoir, c’est d’avoir fait au quotidien tout ce qui était en notre pouvoir pour y arriver. C’est d’avoir cru en notre projet et en nous.

Notre tâche est similaire à celle d’un accidenté qui chaque jour doit sortir de son lit au prix de nombreux efforts mais, qui a la volonté de mettre un pied devant l’autre pour réapprendre à marcher. Cette phase est obligatoirement difficile, douloureuse, mais qu’elle satisfaction et quelle joie quand les choses redeviennent comme avant. En général le miraculé en sort encore plus fort. Nous devrions nous inspirer de cet exemple pour y puiser la force et la volonté de continuer.

Commentaires

MOT DU PRESIDENT

13 octobre 2016 01:11

MOT DU PRESIDENT
Nous sommes enfin entrés dans le vif du sujet. Comme nous le savons tous, l’un des faits majeurs de ce début de saison est l’élection en vue du renouvellement du Comité Directeur de notre Ligue de Football. Nous n’oublierons pas l’autre fait majeur,... Lire la suite

Aucun événement