Mot du Président n° 53

23 avril 2009 - 14:10

Les juristes qui ont conçu les règles qui régissent notre sport, se sont sûrement largement inspirés de celles qui rythment la vie de notre société. Autrement dit, de celles d'une démocratie. Ces grands concepteurs n'avaient sûrement pas prévu que les acteurs du monde du football, allaient se comporter comme ceux de la société civile, utilisant pour certains, la même panoplie : mensonges, promesses non tenues, médisances, malhonnêteté simple ou intellectuelle, écran de fumée, etc...

Il y a quelques mois, nous avons, normalement, été invités à voter pour mettre en place le nouveau Comité Directeur de notre Ligue. Nous ne reviendrons pas sur les conditions dans lesquelles ces élections se sont déroulées. Mais, en ce qui nous concerne, nous n'avons pas encore été déçus par nos dirigeants de Ligue. Nous savions qui ils étaient, nous connaissions « l'étendue » de leur savoir et de leur savoir faire. Nous ne sommes pas seuls, les autres clubs ont eux aussi des dirigeants. Beaucoup d'entre eux sont encore jeunes dans le domaine, sans beaucoup d'expérience. Nous pensons, peut être à tort, qu'ils se sont faits abuser. Quelques petites opérations ont fait pencher la balance. Celle du « bus pour tous » avec le concours du Fonds d'Aide à l'Investissement (FAI) et d'un loueur de voiture de la place. Celle que nous appellerons, « ordinateurs pour tous » a du être aussi un atout maître dans la poche de l'équipe sortante, et surtout dans celle du Président. Pourtant la réalité est toute autre. Toutes ces opérations n'ont rien d'exceptionnel. Elles font partie du programme Fédéral. Quoi de plus normal que les clubs de Guyane qui y sont affiliés comme les autres en bénéficient. Ces opérations semblent pourtant avoir imposé de la complaisance, et peut même en certains cas, un « sparadrap » sur la bouche. Pour revenir à la première de ces opérations, nous la soupçonnons d'avoir des dessous, pas toujours très propres donc, inavouables. Nous espérons un jour connaître les profits personnels, au détriment du collectif, surtout ceux qui sont cachés et que l'on ne dévoilent pas.

Pour revenir à la gestion de la Ligue, nous dirons, vu de l'extérieur, et en comparaison avec d'autres structures locales, elle semble bonne. Mais, nous qui avons connu une autre qualité de fonctionnement, nous qui devons avoir l'ambition de tendre vers l'excellence, nous pensons être en mesure de dire que celle de notre Ligue est médiocre. Elle est la pire que nous ayons connue depuis des décennies. Nous citerons quelques exemples. Les calendriers, qui pourtant « seraient » l'émanation du Bureau de la Ligue, sont toujours aussi mal conçus et sortent toujours plus tardivement. Des rencontres se déroulent désormais, même le dimanche après midi de carnaval. Les quarts de finales de la Coupe de Guyane se sont joués pendant les fêtes de Pâques. La Politique sportive de notre football n'a toujours pas été exposée. Des sélections sont mises en place au mois de mars. Tout ceci ne s'inscrivant dans aucun véritable programme dicté par des objectifs à moyen ou long terme. Le coup par coup semble un mode de gestion prisé par nos dirigeants. Evidemment les nombreuses déclarations de notre Président, toutes aussi fumeuses les unes que les autres, trompent le public qui suit le football à travers les médias, mais pas les acteurs qui le vivent au quotidien. Nous savons que nous allons à notre perte. Comme l'a si bien dit en Assemblée Générale le plus illustre de nos vices Présidents, le football se joue sur les terrains. Nous ajouterons, sûrement pas sur les médias, lors de la signature de nombreux protocoles, partenariats et autres, à la durée éphémère. Mais, seuls les résultats restent dans les annales. L'histoire retient en général les palmarès. Depuis 2004, aucune de nos sélections ne pourrait y apparaître. Nos malheureux moins de 14 ans sont encore revenus dans un anonymat complet. Ces pauvres jeunes sont, saison après saison, entre les mains des trois mêmes éducateurs qui semblent inamovibles, malgré une absence chronique de résultats. Cela nous paraissait mystérieux. Nous avons fini par découvrir une raison qui pourrait expliquer leur attachement à la fonction. Nous avons appris lors d'une conversation, que la totalité des indemnités attribuées à la Commission technique de la Ligue de football, seraient exclusivement versées à ces trois cadres techniques.

Toutes ces carences, toutes ces actions exécutées dans un flou artistique soigneusement entretenu, ne nous privent pas de l‘arrogance qui semble la qualité principale de nos dirigeants. Nous avons l'impression que nous avons élus des responsables dont le souci premier est de dresser les clubs contre la Ligue. La lecture, semaine après semaine, des procès-verbaux du « Bureau » du Comité Directeur, nous éclaire sur l'état d'esprit de notre environnement. Dans son édition du 16 avril 2009, un Président de club est traité successivement « d'enfant gratté », vu les citations suivantes : « les calendriers ne peuvent être faits à la carte » et « selon le bon vouloir des uns et des autres », et tout simplement de tricheur, nous citons : « Le prétexte du COSMA FOOT ».

Sur ce même procès-verbal, le Président et les dirigeants d'un autre club sont traités « d'ignares » disons le tout de suite, le mot n'a pas été utilisé. Mais, il leur est reproché d'avoir voté le règlement sportif et n'avoir pas constaté que son concepteur avait soigneusement évité de signaler que le dispositif de report des rencontres pour plus de trois sélectionnés, ne s'appliquait désormais plus aux catégories de jeunes. Que dire de la phrase qui suit : « afin d'inciter les clubs à faire jouer d'autres joueurs quand ils ont des sélectionnés ». Le problème est que, la Ligue organise des compétitions. Quand un club s'y engage c'est sûrement pour en sortir vainqueur. Pour cela faut-il encore mettre tous les atouts de son coté. En ce cas, le meilleur est de pouvoir disposer de ses éléments les plus performants. Que l'on ne nous avance pas le vieil argument de la formation prioritaire. Cette priorité est réelle mais, elle n'empêche pas de jouer à fond la compétition. Justement, la formation trouve son aboutissement dans l'obtention de résultats. Ceux sont ces résultats qui font la renommée du club. C'est cette renommée qui incite les parents à confier leurs enfants à ces clubs qui peuvent poursuivre le travail, pour fournir de bons éléments au football et en quelque part aux sélections.

Notre société jusqu'à un passé récent, nous imposait de supporter l'arrogance de ce qui réussissaient brillamment. Maintenant elle nous contraints de supporter même celle de ceux qui échouent lamentablement. En effet, notre Ligue éprouve les plus grandes difficultés à assurer le quotidien. Elle sélectionne, fait déplacer des mineurs hors de Guyane (sur les deniers publics), sans informer les clubs. Mais, dans le même temps, ses dirigeants insultent et méprisent dans des écrits officiels des Hommes et des Femmes qui se battent au quotidien pour leurs clubs. Il a semble-t-il échappé à nos dirigeants qu'il n'y a de Ligue que par l'existence des clubs. Il n'y a de club, que parce qu'il y a chez eux ces personnes qui encadrent administrativement et techniquement des joueurs. Que se sont ces joueurs qui forment les Sélections.

 

Toutefois, nos dirigeants de Ligue ont peut être raison d'agir comme ils le font. Nous portons, tous, la responsabilité de nos actes. En remettant en place triomphalement ces dirigeants, un beau matin de septembre 2008, Nous leur en avons donné l'autorisation. Peut être étions nous déjà satisfaits d'eux ? Si non, comme nous le disons chez nous : « oroyo » !!!!!

A SUIVRE

 

 

Commentaires

MOT DU PRESIDENT

13 octobre 2016 01:11

MOT DU PRESIDENT
Nous sommes enfin entrés dans le vif du sujet. Comme nous le savons tous, l’un des faits majeurs de ce début de saison est l’élection en vue du renouvellement du Comité Directeur de notre Ligue de Football. Nous n’oublierons pas l’autre fait majeur,... Lire la suite

Aucun événement