Mot du Président n° 64

5 octobre 2009 - 19:34

Toute saison qui débute, arrive avec son cortège d'incertitudes et d'interrogations. Celle-ci, en plus de cela est particulière, car riche en sujets de réflexion.

Parmi ceux-ci, nous avons tous noté, en premier lieu, la question des problèmes liés à la participation aux compétitions officielles d'équipes venant de secteurs géographiques où les infrastructures ne permettent pas l'organisation d'épreuves sportives et en particulier pour les jeunes.

Dans la continuité de ce sujet, la recommandation du CNOSF qui considère, si nos renseignements sont bons, que l'éthique sportive n'a pas été respectée, en privant de la montée le champion de PROMOTION D'HONNEUR.

Un phénomène doit nous interpeller, celui du développement du « communautarisme » dans le football comme cela semble se développer dans notre société.

La succession de changements proposés par la Ligue de football : le retour à trois divisions, mais aussi, l'augmentation du nombre de joueurs dans certaines catégories de jeunes et pas dans d'autres, ainsi que, la programmation de rencontres en nocturne, etc.....

Le forfait de trois clubs lors du premier tour de la Coupe de France.

Je reviens ici en détail sur ces divers points. La situation des équipes venant de secteurs isolés est un problème récurant. En dix ans le football Guyanais est confronté à ce problème trois fois. Il est étonnant que le milieu du football ait tant attendu pour réagir. Le statut co a été maintenu dans les textes adoptés en assemblée générale. Il y manque toutefois une précision, le moment et le mode de notification de la décision du Comité Directeur de la Ligue. Cette décision malgré son bien fondé administratif, va-t-elle dans le sens du développement harmonieux du football en Guyane ?

L'intervention du COMITE NATIONAL OLYMPIQUE et SPORTIF FRANCAIS dans cette affaire du club privé de DH, est une première. En effet la démarche de ce club démontre toute la foi que le Dirigeant réclamant a mis dans son action. Pour cela, il a droit à tout notre respect. En effet, ce Dirigeant est allé jusqu'au bout de sa démarche, il s'est fait assisté par un conseil. Le résultat n'a sûrement pas été à la hauteur de ses espérances mais, la démarche était courageuse.

Le communautarisme de mon point de vue, ne devrait pas avoir sa place dans notre sport. A notre avis, le football devrait réunir les hommes de quelque bord ou contrée qu'ils viennent. Mais quand nous voyons ce qui se passe dans notre société, notre amertume et nos inquiétudes n'y peuvent pas grand-chose. Pourtant, je pense que nous avons le devoir de tenter d'atténuer les effets de cette situation, la ralentir et ne pas encourager son développement.

Lors de la succession d'assemblées générales organisées par la Ligue pendant l'intersaison, nombre de propositions faites par nos Dirigeants de Ligue ont fait l'objet de rejets. Cette situation devrait les pousser à mieux réfléchir en amont aux réformes qu'ils présenteront. Dans ce foisonnement et cette frénésie de propositions, il y a une qui a été adoptée en assemblée générale et qui apparaît à l'article 54 des REGLEMENT SPORTIFS GENERAUX de notre Ligue. Elle concerne le nombre de joueurs pouvant être inscrits sur une feuille de match dans le football d'animation U9, U11 et U13. Ce nombre a augmenté de façon significative passant jusqu'à 16. Lors de cette même assemblée générale, j'avais demandé que le nombre en U15 et U17 subisse le même sort. Il m'a été rétorqué que ces catégories le texte fédéral ne pouvait être modifié. Cette réponse m'avait surpris. Aussi me suis-je renseigné. C'est avec étonnement que j'ai découvert que l'article 139 des REGLEMENTS GENERAUX DE LA FFF fixait le nombre de joueurs dans toutes les catégories, y compris le football d'animation. A ma question lors d'une énième assemblée générale, j'ai eu droit à une réponse évasive. Jusqu'à ce jour, je me demande par quel tour de magie, une partie d'un article peut être modifié, pendant que l'autre ne pouvait l'être. De plus sur un plan pratique, j'ai tenté de me faire expliquer sans succès, l'utilité d'inscrire autant de joueurs pour des rencontres qui se déroulent sur un lapse de temps aussi court.

Je ne m'étendrai pas sur le bien fondé des compétitions en nocturne, notre club étant si peu concerné. Quant à l'argument du retour du public au stade, j'ai du mal à y souscrire. Peut être que je me trompe. Peut être aussi que l'on a cherché à nous tromper nous cachant par là d'autres raisons moins avouables. De plus, tout cela ressemble à ce qui s'est passé pendant cette intersaison, beaucoup d'approximation, peu de vraie concertation. En effet les Mairies semblent avoir été mise devant le fait accompli, ainsi que RFO qui a du changer sa formule de multiplex. Je pense que les responsables et pratiquants des autres disciplines doivent remercier notre Direction d'avoir obligé RFO à leur réserver une plus grande place sur ses ondes le Samedi après-midi.

Un fait m'a aussi surpris : le nombre de clubs ayant déclaré forfait lors du premier tour de la Coupe de France. Évidemment comme beaucoup de clubs, nous pourrions ne pas nous intéresser à ce fait. Mais comme je n'ai pas l'habitude de prendre les choses au premier degré, j'ai tenté d'analyser. En effet, que l'un de ces clubs qui vient d'un secteur éloigné le fasse, cela pourrait se comprendre mais, ce qui est plus surprenant est que les deux autres viennent des villes de Guyane non enclavées. Ne dit-on pas que la santé du football se mesure au dynamisme de ses clubs.

Je pense que tout dirigeant qu'il soit de la Ligue ou d'un club, se doit avoir un projet pour sa structure, mais aussi, beaucoup de volonté pour arriver à atteindre les objectifs fixés.


A SUIVRE,

Commentaires

MOT DU PRESIDENT

13 octobre 2016 01:11

MOT DU PRESIDENT
Nous sommes enfin entrés dans le vif du sujet. Comme nous le savons tous, l’un des faits majeurs de ce début de saison est l’élection en vue du renouvellement du Comité Directeur de notre Ligue de Football. Nous n’oublierons pas l’autre fait majeur,... Lire la suite

Aucun événement