MOT DU PRESIDENT du 21/02/11

22 février 2011 - 16:55

 

Le football est et restera un jeu. Pourtant ses succès passent par le respect de principes adoptés depuis toujours par des professionnels de tous types : sérieux, vigilance, attention soutenue. Les dirigeants qui ont en tête tout cela, doivent être en mesure de repérer les signes avant coureurs, véritables sentinelles, qui permettent d’anticiper les problèmes. Ces problèmes qui viennent freiner ou stopper le bon fonctionnement de la structure. Les occasions de troubler ou d’entraver la bonne marche, ne manquent pas tout au long des saisons qui se succèdent. Le seul rempart contre ces faits ou attitudes est le respect des principes précédemment énoncés.

J’ai coutume de dire qu’un club est à l’image de son équipe de football. L’entraîneur, quand il en a la possibilité, tient compte de l’équilibre de l’équipe qu’il doit aligner. Il assoit son schéma tactique sur ceux que nous appellerons des piliers. Cette approche à mon avis, devrait être la même pour un club. En effet les acteurs qui font vivre cette structure, pourraient être classés en trois groupes principaux : un Comité Directeur, un Encadrement technique et des Joueurs. La défaillance de l’un de ces groupes, conduit à coup sur, à l’échec à court ou moyen terme. Le rôle de chacun est normalement, clairement défini. Le Comité Directeur se doit d’arrêter les objectifs, de rechercher les moyens humains et matériels nécessaires. Ce rôle a une portée qui dépasse le quotidien, mais pour autant ne doit pas l’en éloigner. L’encadrement technique a tout naturellement en charge son domaine, le terrain mais aussi, la gestion des hommes au quotidien. Il doit être l’interface entre le Comité Directeur et le terrain. Les joueurs sont les acteurs, ils réalisent et concrétisent ou non tout ce qui a été pensé et préparé en amont, la vérité est en fait celle du terrain.

La règle absolue voudrait que chacun reste à sa place. Les parties ne peuvent pas pour autant se permettre de se regarder en « chiens de faïence » et de ne pas communiquer entre elles. Parce que, si projet il y a, il ne peut être que l’émanation de la réflexion de tous. Pour cette raison, Il est salutaire que des passerelles existent entre les groupes évoqués plus haut, pour assurer la communication et l’harmonie d’action de l’ensemble. Il est vrai que, dès lors que l’action devient collective, la difficulté de fonctionner s’amplifie. Le danger du cloisonnement donc, de l’isolement, est aussi réel. La diversité des acteurs ajoute à la difficulté. L’alchimie, dont la formule permet l’agglomération d’éléments si différents, assure l’homogénéité nécessaire au bon fonctionnement de la structure, condition essentielle pour la garantie des performances souhaitées. Cette gestion des hommes, si difficile qu’elle soit, est primordiale.  

NOTRE SEMAINE

Nos jeunes de l’école de football ont poursuivi leur préparation. Contrairement à ce que j’avais écrit la semaine dernière, Lionel était présent. Lui et ses protégés ont semblé très heureux de se retrouver. Chez les plus grands quelques absences se sont fait remarquer. Quelques cas d’indiscipline ont aussi été relevés, pourtant beaucoup de participants montrent une réelle envie de progresser. Cette semaine aucune de ces deux catégories n’a eu de rencontres.

Nos U 13 ont poursuivi leurs activités. Les parents des jeunes ont répondu nombreux à l’invitation qui leur avait été faite, en vue d’une présentation des structures de l’association et de la préparation du projet de déplacement d’un groupe de la catégorie. Quant aux rencontres prévues elles ont été annulées en raison du mauvais état de la pelouse. Celles-ci ont été remplacées au pied levé par un entrainement de futsal.

Les U 15 ont eu eux aussi, leurs activités habituelles. Ils ont disputé une rencontre de championnat avec leur dauphin. Ils ont raté le coche. La rencontre s’est déroulée dans des conditions paradoxales. Les nôtres ont pris le jeu à leur compte tout en jouant sur le terrain de l’adversaire. Ils ont montré quelques facettes de tout leur savoir faire, démontrant une certaine supériorité collective et même individuelle. Pourtant au coup de sifflet final, le résultat était en leur défaveur. Vous vous demanderez comment cela peut-il se faire ? C’est pourtant courant dans le football. Ce n’est pas toujours le meilleur qui gagne. Mais au-delà de cela, encore une fois nous avons vu s’affronter deux écoles : une qui a le souci de préparer des jeunes à la pratique d’un jeu empreint de maîtrise collective et un plus réaliste, orienté vers le gain à tout prix. Tout est question de choix. La réalité du classement est que les nôtres ont perdu la première place au profit de leurs adversaires du jour. Devons nous nous en désoler ou garder le cap ?

Les U 17 poursuivent dans le malaise qui est le leur, depuis l’élimination en coupe de Guyane. Le groupe s’est dilué, on n’y retrouve plus l’ambiance d’avant ce fameux match. Je persiste à croire qu’il y a quelque chose à faire. Ce quelque chose doit venir d’autres cadres, qu’ils soient administratifs ou techniques. Il faut déterminer les causes de ce malaise, pour agir. La rencontre de cette fin de semaine a été édifiante. Beaucoup de joueurs n’ont pas répondu à la convocation du cadre. D’autres sont venus le visage encore marqué par la fatigue certaine, d’une nuit surement trop courte. La première partie de la rencontre a été de bonne facture puisque  les nôtres ont mené au score deux fois. Puis est arrivé le moment où la fraîcheur physique, le mental, font la différence. Compte tenu de ce que viens d’écrire vous aurez compris que ces valeurs n’ont pas été de nôtre coté. La fin de match a été pathétique.

Les U 19 ont préparé la rencontre de cette fin de semaine avec sérénité. Malheureusement, elle n’a pas eu lieu. Tout était réuni pour cela. Pas d’adversaire sur place au coup de sifflet, un terrain non marqué, non tondu, heureusement que les faits ont été constatés par un arbitre officiel.

Les seniors comme les U 17 et U 19, ont eu une préparation tronquée. En dehors du manque de sérieux de certains éléments, le terrain de Bonhomme n’était plus éclairé. Quand nous nous trouvons dans de telles situations, je ne peux m’empêcher de penser à ce grand projet de « base avancée ». Pourtant tous ces aléas ne m’empêchent pas de penser aux faits qui sont têtus. Depuis quelques saisons, la période qui court de fin décembre à mars, est défavorable à notre équipe. Nous devrons nous faire à l’idée que nos joueurs sont comme les autres. Ils fêtent autant que ceux des autres clubs, durant cette période. Il nous reste à trouver la parade. Quant à la rencontre, son début a pourtant été prometteur. Nous avons eu deux occasions que nous avons malheureusement pas concrétisé à cause de l’état du terrain ou autres. Puis l’un de nos buteurs maison a marqué un but pendant que l’adversaire se remettait de son mauvais début de match. Encore une fois, nous nous sommes fait rejoindre quasi immédiatement par un pénalty concédé, nous dirons, bêtement. Cette égalisation a semble-t-il eu beaucoup plus d’effet négatif que prévu. Dés lors, l’adversaire a pris un ascendant psychologique sur les nôtres en marquant rapidement un second but. Nous avons perdu pied surtout dans le milieu du terrain. Nous avons pratiquement regardé jouer l’adversaire. Le manque de sérieux dans la préparation a mis à jour chez quelques uns, les limites de leur bagage technique. Ce qui ne pardonne pas, devant un adversaire qui maîtrisait à souhait et encouragé par l’avance au score. Plus le temps passait, plus certains s’énervaient ce qui faisait le jeu de l’adversaire, dont la malice n’est plus à démontrer. En pareil cas les conséquences sont inévitables : fautes inutiles, buts concédés après erreur individuelle et ratés en attaque malgré des occasions nettes. J’espère que les mots utilisés par l’encadrement après la rencontre permettront à la machine de se remettre dans le bon sens de la marche, pour une fin de saison la meilleure possible, d’autant que comme nous plusieurs équipes bien classées ont raté leurs rencontres.

 

A. JUDICK

Commentaires

PERMANENCES

2 septembre 2017 12:51

PERMANENCES
Des permanences seront tenues pendant les mois de septembre - octobre et si le besoin s'en fait sentir en novembre au siège.   A compter du 02/09/17 : le samedi de 08 h 00 à 09 h 30    tous les :mardis et mercredi de 17 h 00 à 19 h 00    Tous les... Lire la suite

Aucun événement