MOT DU PRESIDENT

10 mai 2011 - 23:27

J’ai été comme vous, interpellé par cette nouvelle affaire qui remet le football français au devant de la scène médiatique. J’avoue que l’avalanche d’informations et de réactions qui nous arrivent quotidiennement, a de quoi dérouter.

Il y a eu d’abord l’information en elle-même puis, son exploitation. Quelques questions restent toujours sans réponse, pourquoi sur ce média et par sur un autre ? Par qui ? Pour quelles raisons ? Dans quel but ?

Comme souvent, l’homme et le système qu’il a créé, sont au centre du fait.  Je vais essayer de brosser le tableau. Il y a, à l’origine, un groupe d’hommes chargé de gérer au plus haut niveau le Football Français. Ils constituent le Conseil Fédéral. Celui-ci met en place d’autres hommes qui sont répartis dans d’autres structures dont, la Direction Technique Nationale.

Les membres de cette dernière structure se réunissent réglementairement pour débattre de ce qui concerne la politique technique nationale, évaluent son application, constatent les résultats, apportent  les corrections éventuelles qui s’imposent.

Comment comprendre que les hommes qui composent cette structure aient pu, semble-t-il, depuis un certain temps, discuter de problèmes aussi délicats que ceux qui touchent à « la  race », à « la couleur de peau », « aux origines », à « la nationalité », etc…  Comment ont-ils pu arriver jusqu’à évoquer l’application de la pratique des « quotas ». Tout ceci nous semble si loin du domaine de prédilection de la DTN.

Quand les choses dérivent à ce point, il faut peut être se demander si les hommes sont bien à leur place là où ils sont. Quand j’étais Président de Ligue, je suivais de près ce qui se passait au niveau du Conseil Fédéral. J’ai pu le faire lors de réunions du Conseil fédéral, auxquelles j’ai eu le privilège de participer, ainsi qu’aux assemblées fédérales. Deux ans avant les élections du nouveau Conseil fédéral et du Président de la F.F.F., il était visible que le futur candidat à la Présidence, manœuvrait activement, dans le but de pousser vers la sortie, celui qui était en place. Comme prévu, le manœuvrier a été élu. Mais, ce genre de pratiques n’a pas sa place dans le monde du sport. Le résultat a été celui que l’on connait : le fiasco de la Coupe du Monde, le départ anticipé par la petite porte du Président de la F.F.F. Il ne faut pas oublier que son prédécesseur avait vécu à son poste, le titre de champion du Monde et d’Europe. (c’est peut être étonnant mais, cela me rappelle une situation semblable). Notre Président déchu a été remplacé par un homme qui ne peut qu’expédier les affaires courantes. Dans cette expédition, il y a eu la vacance du poste de DTN. Là encore, il y a de quoi s’interroger sur la pertinence du choix. En effet, comment un Président d’une Direction nationale a-t-il pu laisser s’instaurer dans sa structure, une discussion dont le thème sortait visiblement de son champ de compétences. Pourquoi, en sa qualité de Président, il n’a pas eu la capacité d’empêcher ces dérapages verbaux. Comment a-t-il pu laisser développer dans l’enceinte de sa Direction, des thèses prisées par une partie de la société qui, en bute à des difficultés quotidiennes, a une approche quelque peu simpliste de la situation, et s’accroche à des solutions de facilité.

Une question reste encore sans réponse. Pourquoi les plus hautes autorités du football français ne se sont pas tout de suite saisies de cette affaire. En effet, la réunion de la DTN se déroule au mois de Novembre 2010. L’enregistrement de la séance a semble-t-il été transmis à un proche collaborateur du Président de la F.F.F.. Ce dernier a déclaré qu’il en a eu connaissance que depuis une ou deux semaines ? Dans tous les cas, il y a un problème, de compétence, d’honnêteté, de confiance et de relation entre les hommes qui dirigent le football français. C’est peut être pour cette raison que depuis la Coupe du Monde, le Politique intervient directement dans la gestion de la F.F.F. Pour ma part, je me souviens de l’époque, où les Dirigeants de la Fédération s’interdisaient de se laisser mettre sous tutelle. Il faut dire que les hommes qui étaient en place, étaient dotés d’une envergure en rapport avec la fonction.   

Quant au reste, je crois que l’on a ouvert la boite de pandore. L’une des conséquences serait la démission du Sélectionneur, la nouvelle inquiétude de plus d’un. Dans ce cas, quelle serait la part prise par le Politique pour trouver rapidement un nouveau Sélectionneur ? Nous espérons qu’il fera preuve de la même promptitude témoignée lors de la suspension du DTN.

A. JUDICK

Commentaires

MOT DU PRESIDENT

13 octobre 2016 01:11

MOT DU PRESIDENT
Nous sommes enfin entrés dans le vif du sujet. Comme nous le savons tous, l’un des faits majeurs de ce début de saison est l’élection en vue du renouvellement du Comité Directeur de notre Ligue de Football. Nous n’oublierons pas l’autre fait majeur,... Lire la suite

Aucun événement