Mot du Président Général

17 juin 2013 - 19:57

Dans le quotidien de notre société, sa composante est témoin de faits qui, pris au premier degré, semblent anodins. Pourtant, leurs conséquences peuvent s’avérer néfastes pour sa cohésion et son  harmonie.  Quand cela se passe dans le football, nous avons du mal à rester sans réaction.

Nous venons d’avoir deux exemples en l’espace d’un mois. Créé on ne sait dans quel but, une structure nommée « DIASPORA » organise des rencontres de football. Dans un premier temps, nous serions tenté de dire «  pourquoi pas ». Mais les choses ne seraient pas si simples que cela. Elles ont débuté par l’organisation de tournois locaux entre équipes de  quartiers, sur les terrains de ceux-ci. En peu de temps elles ont pris une toute autre ampleur et de ce fait l’approche à changé.

Il y a un mois, une équipe de cette « DIASPORA » s’est rendue en Guadeloupe pour y disputer un tournoi qui a tourné court. L’équipe venue de Guyane a du se contenter de disputer deux rencontres avec deux formations de quartiers en raison de la défection de formations qui, selon les organisateurs, devaient venir de MARTINIQUE et ST MARTIN.  Ce qu’il y a de marquant dans cette affaire, est que des joueurs évoluant dans des clubs de premier plan de la Division d’Honneur, ont préféré participer à cette opération plutôt que de disputer avec leur club à une demi finale de Coupe de Guyane. Cette constatation devrait avoir eu, au moins le mérite de permettre aux dirigeants de ces clubs, de mesurer leur  degré d’attachement à leurs couleurs et à nous l’intérêt porté aux compétitions officielles locales.

Récemment cette « DIASPORA » que nous avons du mal à qualifier, a de nouveau fait parler d’elle, en organisant une rencontre au Stade de Baduel entre son équipe et une pâle équipe du milieu de tableau de la Division d’Honneur.  Il ne s’agit plus terrains de quartiers mais, d’une structure officielle municipale. Quant à son équipe, elle semble prendre la forme d’une sélection étrangère en Guyane.

Pour arriver à disposer des nocturnes du stade de Baduel, alors qu’elles venaient d’êtres refusées à une demie finale de Coupe de Guyane, cette organisation semble désormais avoir ses entrées dans des cercles qui s’ouvrent difficilement à d’autres. Quand on pense aux difficultés rencontrées par les clubs de Cayenne pour bénéficier d’installations lui permettant de se préparer aux compétitions officielles de la Ligue dans de bonnes conditions !!!!!

D’autre part, cette organisation nommée « DIASPORA » semble posséder quelques moyens financiers conséquents qui lui permettraient selon la rumeur, de rémunérer ou défrayer les joueurs qui acceptent de participer à ces rencontres. Le sésame qui lui ouvre ces portes, serait-ce ces moyens financiers?

Le point de la situation juridique et réglementaire de cette « DIASPORA » se pose.  Si mes souvenirs sont bons, l’organisation de rencontres de football avec la participation de clubs affiliés et joueurs licenciés, est règlementée.

Ce regroupement de joueurs de même nationalité, est-ce une bonne chose pour la cohésion, le rapprochement des individus par le sport. Ce n’est pas  la participation de quelques joueurs invités qui en change l’esprit. Ce genre d’initiative souvent se retourne contre leurs auteurs car, fréquemment les vrais buts sont difficilement avouables. Le sport dans ces cas sert des intérêts autres.

Le communautarisme n’a jamais été un bon vecteur pour une société qui, quoi que l’on en dise, a une « communauté de destin » dans la mesure ou les peuples qui la composent, partagent un quotidien auquel ils ne peuvent échapper.

Le slogan qui semble-t-il, aurait été entendu à la fin de la rencontre, « mais ils sont où les Guyanais ?», avait quelque chose d’incongru et n’était pas de nature à rapprocher. De plus il ne pouvait s’adresser à la seule équipe adverse du soir qui, dans son effectif, comprend surement des sociétaires de diverses nationalités, à l’image de la composition de la population guyanaise.

Nous espérons qu’il sera mis un terme à ce genre de manifestations parfaitement illégales. Il faut reconnaître que la tâche ne sera pas simple. Car, cette pratique est acceptée sinon encouragée par un certain milieu de notre société et, pas le moindre, bien placé dans son échelle sociale, tout cela à des fins qui n’ont rien de sportifs ou d’humanitaires.  

Commentaires

PERMANENCES

2 septembre 2017 12:51

PERMANENCES
Des permanences seront tenues pendant les mois de septembre - octobre et si le besoin s'en fait sentir en novembre au siège.   A compter du 02/09/17 : le samedi de 08 h 00 à 09 h 30    tous les :mardis et mercredi de 17 h 00 à 19 h 00    Tous les... Lire la suite

Aucun événement