MOT DU PRESIDENT

13 octobre 2016 - 01:11

Nous sommes enfin entrés dans le vif du sujet. Comme nous le savons tous, l’un des faits majeurs de ce début de saison est l’élection en vue du renouvellement du Comité Directeur de notre Ligue de Football. Nous n’oublierons pas l’autre fait majeur, la victoire des YANA DOKO.

Nous avons été destinataires de deux listes avec programme, bilan et rapport d’activité. La balle est dans notre camp. Pour ma part, c’est un secret de polichinelle que, mon positionnement va vers ceux avec qui j’ai travaillé depuis déjà plusieurs saisons.

La composition de la liste nouvelle, son programme, la personnalité des uns et des autres, doivent objectivement orienter notre choix.

En prenant connaissance de la liste nouvelle, je n’ai pas été étonné. Comme je l’ai écrit lors d’un précédent mot, il y a des « opposants nés», des « crispés », des « éternels insatisfaits » des « qui n’ont pas eu le courage de dire non » et les « opportunistes ».

J’avoue avoir du mal à comprendre la présence de certaines personnes sur cette liste. Comment peut-on faire semblant d’oublier les agissements fréquents de la tête de liste. Nous connaissons son accès d’agressivité aux abords des terrains sur lesquels les joueurs de son club évoluent, donnant un exemple pathétique aux jeunes comme au public présent. Comment peut-on oublier que, chaque fois qu’une affaire concernant son club est arrivée devant la commission dont il est Président, celui-ci a systématiquement gain de cause. Je citerai quelques affaires : une au cours de laquelle, il modifie l’ordre du jour, fait passer son affaire en urgence et en première position, pour faire lever la sanction qui le frappe et recommence à statuer immédiatement après, sans attendre de notification comme c’est le cas dans tout autre cas. La seconde affaire date de la saison dernière. Un jeune de son club joue sans licence, après vérification, la commission de première instance constate que le jeune n’était pas qualifié pour participer à la rencontre. Pourtant « notre cher Président » de Commission, par on ne sait quel tour de passe-passe, arrive à faire sa « chère commission » annuler la décision prise en première instance. Je citerai une dernière pour laquelle le PV de la « chère commission » a attendu des mois avant d’être diffusé. Le temps que l’équipe de « notre cher Président » soit assurée d’accéder à la DH. Par précaution ultime, la « chère commission » prend une décision « inique » qui oblige ses adversaires probables à rejouer toutes les rencontres entre eux. Décision rejetée par la FFF.

Quant au programme de cette liste, à ce jour, je n’ai pas entendu colistier le défendre. Peut-il l’être ? En effet quand vous vous présentez à une élection, il est de règle de contrer l’adversaire en place en démontrant qu’il a failli. Malheureusement comme nous le disons en langage footballistique « l’angle était quasiment fermé ». Au niveau des résultats les « YANA DOKO » sont encore en compétition. Notre Sélection U17 pour la deuxième année consécutive a remporté le tournoi « Paul CHILLAN » aux Antilles. Ils sont de plus en plus nombreux les jeunes footballeurs guyanais qui intègrent des structures en France. Les commissions à l’exception de celle de notre « cher Président » fonctionnent en diffusant dans des délais raisonnables leurs PV. Les clubs obtiennent leurs licences dans les temps prescrits par les textes de la F.F.F. L’administration de la Ligue répond avec ses moyens à ses obligations. Le Comité Directeur de la Ligue se réunit normalement et communique régulièrement. Comme je l’ai dit plus haut « l’angle d’attaque » n’est pas très ouvert.

La marge étant tellement étroite, que notre tête de liste a été contraint de cherché et trouvé ce qu’il pouvait. Il a fallu puiser dans des sphères autres que la nôtre : politiques, syndicalistes. Il y est question de « social », « d’intégration » « d’utilisation de moyens de se faire entendre » (en mode bélier).

Du « social » : quel Dirigeant de club n’en fait pas quasiment quotidiennement ? Une malheureuse porte ouverte, enfoncée. Toutefois nous sommes des sportifs, notre rôle premier n’est surement pas de nous substituer aux structures sociales existantes dans notre société. Nous y contribuons le cas échéant.

Dans le programme il est question de médecine. Une nouvelle une porte ouverte, enfoncée. Je pense que nos Educateurs et Dirigeants de clubs n’ont pas attendu ce programme pour découvrir qu’il fallait s’occuper de la santé de leurs jeunes. Evidemment comme il a été fait appel à une sommité du secteur, il était de bon aloi de s’exprimer sur la nécessité du vecteur.

J’ai cité plus haut le mot « Politique ». Effectivement quand on voit que la « déclaration de candidature » a été faite sur les médias. Comme moi, beaucoup ont relevé le fait. Nous nous sommes crus en campagne pour « les primaires de je ne sais quel parti politique de France ou d’Amérique ». Le programme est garni de slogans habituels, qui sont été utilisés depuis des décennies en Politique, sans qu’ils soient véritablement suivis d’effet au profit des jeunes.

J’ai apprécié qu’en tête de présentation de la liste, il y a notre éminent docteur (cela dit, sans esprit polémique ou de dérision, nous avons du respect pour ce qu’il a fait jusqu’à ce jour dans son domaine).Il y a aussi un médiatique syndicaliste (qui lui aussi pourrait avoir toute notre sympathie). Nous nous demandons simplement ce qu’ils sont venus faire dans cette « galère ». Pourtant leur positionnement n’est pas anodin. Ils sont en quelque part une caution. Ce positionnement assurément fait l’objet d’un savant calcul. Il fallait combler le déficit de confiance causé par la tête de liste elle-même : « si partisan » « si conflictuel » et surtout « si peu fédérateur ».

Rendez-vous dimanche

Le Président Général

Antoine JUDICK

 

 

Commentaires

MOT DU PRESIDENT

13 octobre 2016 01:11

MOT DU PRESIDENT
Nous sommes enfin entrés dans le vif du sujet. Comme nous le savons tous, l’un des faits majeurs de ce début de saison est l’élection en vue du renouvellement du Comité Directeur de notre Ligue de Football. Nous n’oublierons pas l’autre fait majeur,... Lire la suite

Aucun événement